Pour des
campagnes
vivantes

Filières territoriales

Mieux maîtriser ses débouchés

S’organiser collectivement entre agriculteurs, en partenariat avec d’autres acteurs (artisans, commerçants…) pour créer des « filières territoriales » permet de se réapproprier les débouchés localement. Moins gourmandes en temps que les circuits courts, et plus rémunératrices que les filières longues, les filières territoriales construisent des relations entre acteurs aux intérêts et compétences complémentaires dans un objectif de vitalisation des territoires.

Relocaliser la valeur ajoutée

Les filières territoriales poursuivent des finalités de relocalisation de la valeur ajoutée commune avec les circuits courts en adoptant un schéma de filière fondée sur la relation directe entre acteurs spécialisés par une gouvernance partagée. Elles se combinent régulièrement avec les enjeux de création d’emplois locaux et de réduction de l’impact écologique des filières.

 

Questionner les fortes spécialisations

Par ailleurs, les filières territoriales réinterrogent la très forte spécialisation des régions agricoles. Bien souvent couplées à l’échelle des exploitations, à la diversification des cultures et des productions, elles se donnent pour vocation de réintroduire de la diversité.

Comment introduire de la diversité dans une région très spécialisée ? Comment mettre en œuvre cette diversification dans un contexte où les organisations en place (filières, conseils…) ont été construites pour répondre à cette spécialisation ? Quels problèmes la diversification peut-elle poser en termes de commercialisation, d’organisation de filière ? Comment s’organiser collectivement ?

Retrouvez dans les exemples et documents ci-dessous différentes pistes de réflexions  

Ressources

PDF
Comment mieux maîtriser ses débouchés ?

Type(s) : Dossiers thématiques - Guide technique

En voir plus dans l'espace ressources

Articles

Une filière Graines pour l’alimentation humaine

Lentille, millet, pois chiche, haricot sec, graine de chanvre… Un groupe de paysans chercheurs de Loire-Atlantique s’est lancé dans la production de protéines végétales à destination de l’alimentation humaine. Une filière qui se structure pour permettre la commercialisation en circuits courts mais également l’approvisionnement de la restauration collective en produits de qualité et locaux !

Comment mieux maîtriser ses débouchés?

Certains agriculteurs, sur des exploitations de taille moyenne, ont créé des formes d’organisation collective impliquant leurs partenaires : des « filières territoriales ». Moins gourmandes en temps que les circuits courts, et plus rémunératrices que les filières longues, les filières territoriales constituent une véritable réponse pour les agriculteurs souhaitant mieux maîtriser leurs débouchés

 

Zoom sur des filières territoriales & des projets de mutualisation

De plus en plus de collectifs engagés dans une démarche agro-écologique, décident d’aller plus loin et de diversifier leur production via une filière territoriale. Pour pérenniser leurs débouchés, ils prolongent leur démarche par une valorisation collective de nouvelles productions alimentaires (lentilles, farine, viande …) ou non alimentaires (chanvre…), engageant à leurs côtés d’autres acteurs économiques, associatifs et publics locaux. Soutenu dans cette démarche par les dispositifs publics, ils questionnent également la transformation, la distribution et la qualification de leurs produits. Petit tour d’horizon de différentes initiatives de groupes Civam sur le territoire.

Développement d’une filière Farine locale

En Lozère, La FRCIVAM Occitanie a accompagné un groupe constitué d’agriculteurs, de boulangers, de meuniers et de consommateurs pour structurer une filière meunerie locale autour de la réhabilitation d’un moulin dans le Causse Méjean. Aujourd’hui, une vingtaine de producteurs fournissent des céréales au meunier de la Borie. Lui-même les moud et vend la farine sous la marque Méjeanette à une quinzaine de boulangers et des particuliers. Retour sur cette belle expérience territoriale !