Pour des
campagnes
vivantes

Participer à l’action publique

Un levier pour réorienter l’agriculture

En valorisant les expériences de notre réseau et en tissant des liens avec la recherche et les pouvoirs publics, les CIVAM contribuent à faire de la transition agroécologique et alimentaire un enjeu majeur de la transformation des politiques publiques.  Acteurs de terrain, les CIVAM s’inscrivent dans une démarche citoyenne de transformation sociale et contribuent à l’action publique afin que leurs expériences puissent bénéficier à toutes et tous, bien au-delà du réseau des pionniers qui les caractérise. A travers ces implications, Réseau CIVAM se donne aussi pour mission d’accompagner son réseau dans la compréhension, la mobilisation voire la critique des politiques publiques.

Face aux immenses enjeux que l’agriculture et le monde rural doivent aujourd’hui relever, les CIVAM font le choix de s’impliquer dans le débat public et d’investir les  institutions pour appuyer les transitions nécessaires. A chaque réforme (PAC, Etats Généraux de l’Alimentation, Ecophyto, Projet Agro-écologique …), ils se mobilisent pour que leurs expériences pèsent dans les débats. Afin d’avoir un impact significatif, les CIVAM y travaillent avec d’autres structures qui partagent les mêmes préoccupations. A titre d’exemple, les CIVAM font partie des membres fondateurs de la plateforme Pour une Autre PAC qui regroupe une quarantaine d’associations agricoles, environnementales et de solidarité internationale qui a pour objectif de porter une voix commune dans les négociations sur la réforme de la PAC.

Grands Projets

Depuis plusieurs décennies, les politiques agricoles ont accompagné le développement d’un...

Pour les CIVAM, l’action publique doit soutenir une véritable transition agroécologique....

Et chez vous

Expérimenter avec des collectifs locaux une Agroécologie territoriale

Force est de constater que les politiques publiques agroenvironnementales ne soutiennent pas encore les initiatives collectives à la hauteur des besoins identifiés par nos réseaux, ou que les collectifs d’agriculteurs peinent à trouver leur place dans l’élaboration ou la mise en oeuvre de ces politiques.  C’est pourquoi le projet Eclat* place au coeur de la démarche des collectifs d’agriculteurs des réseaux Civam, Cuma, Trame et Adear. Il fait suite au projet COLLAGRO, qui réunissait déjà ces partenaires autour de l’autonomie des collectifs de territoires, engagés dans une réflexion sur la transition agro-écologique.

Les partenaires du projet Eclat s’engagent pour expérimenter des nouvelles modalités de construction, de gestion et/ou d’évaluation des politiques publiques agroenvironnementales, modalités qui placeront les collectifs d’agriculteurs au coeur du processus. Pour exemple, deux collectifs membres du réseau des CIVAM participent à cette expérimentation. L’ADAR CIVAM dans l’Indre et le GRAPEA en Vendée.

Au cœur du projet, tout un écosystème est prévu pour faciliter et accompagner l’expérimentation des sites pilotes : accompagnement à la mise en place de débats de proximité, voyages d’études européens et français, veille thématique, analyses des politiques publiques et du dialogue territorial, rencontres et partages entre sites pilotes, sollicitation d’intervenants de la recherche, etc.

Ressources

PDF
Osons une vraie réforme de la politique agricole commune !

Type(s) : Argumentaires & propositions

PDF
Transmission Agricole : Rapport de préconisation

Type(s) : Argumentaires & propositions - Etudes

En voir plus dans l'espace ressources

Autres articles

L’accompagnement des collectifs et la prochaine PAC

L’indispensable transition du modèle agricole ne peut reposer simplement sur un saut technologique, elle induit une transformation profonde des métiers de l’agriculture. Réussir cette mutation nécessite de miser prioritairement sur l’accompagnement des collectifs locaux en marche vers une agriculture plus durable… C’est avec cet objectif que les réseaux Civam, Cuma et Trame ont fait des propositions pour la nouvelle PAC et notamment, sur les dispositifs d’accompagnement et d’expérimentation.  Des transformations qui appellent des réponses multiples qui seront plus pertinentes si elles sont élaborées par des collectifs d’agriculteurs et de ruraux.

Quels paiements pour services environnementaux défendre ?

Réseau Civam s’attache à décrypter l’émergence de ces nouveaux dispositifs que sont les PSE. Présentés comme une nouvelle manière d’intégrer les questions environnementales dans l’agriculture, plus efficaces que les politiques agricoles habituelles, ils prennent des formes très variées suivant les opérateurs qui les portent.

Qu’en est il ? Qu’est-ce qu’un PSE légitime et acceptable pour notre Réseau ? Trois personnes impliquées dans des réseaux travaillant sur les Paiements pour Services Environnementaux précisent ici les conditions auxquelles ils soutiendraient ces dispositifs.